UN PHOTOGRAPHE EN MOUVEMENT
JULIEN SCUSSEL

Ta passion pour l’image, elle s’est déclenchée comment ?
Par hasard. Deux rencontres. Un photographe croisé dans une salle de muscu et qui va me transmettre sa passion pour la peinture classique. Surtout les peintres italiens de la Renaissance et l’école Hollandaise, funky (rires). Et... une jeune femme dans les escaliers d’une boite de nuit. Elle descendait, je montais, on se croise, je la trouve canon! Elle sera ma première modèle. Depuis, je n’ai jamais arrêté de prendre des photos.

Tu es nomade dans l’âme… qu’est-ce qui te donne autant envie de bouger ?
La curiosité. L’envie de découvrir toujours de nouveaux horizons, de nouvelles cultures, d'autres manières de vivre et de penser. Le monde est d’une richesse infinie, et la vie est un laps de temps relativement court pour tout goûter. Il ne faut pas traîner.

UN PHOTOGRAPHE EN MOUVEMENT

Clairement, ton style, c’est d’être toujours en mouvement ?
Au sens premier comme au sens figuré, je dis oui, un gros oui. Peu importe où on va, il faut bouger, se bouger, bouger les lignes. Il se déclenche toujours quelque chose de positif. Le mouvement, c’est créateur, enthousiaste, tonique. C’est aussi la liberté. Un peu hyper actif? … un peu, sans doute. « Always on the run », comme dirait Kravitz. C’est un choix. Internet et le transport aérien rendent le monde à portée. Nous sommes les privilégiés d’une époque en mouvement.

Et justement, c’est quoi ton style, la mode qui te ressemble ?
Mon style, il est comme moi. En mouvement perpétuel ! J’aime les fringues qui révèlent qui je suis, comment je me sens… Il faut qu’elles soient dans le vent, et fonctionnelles. Easy dans l’esprit, cool, mais avec des petits détails bien pensés. Chez Jules, je me retrouve pas mal dans la collection Urbanizer. C’est looké, urban… et technique.

URBANIZER

Tu privilégies confort ou look ?
Mon boulot m’impose que l’un n'aille pas sans l’autre.

Tu shootes de la mode, mais toi, qui est derrière l’objectif,
comment qualifierais-tu ton look ?

HAHAHA À toi de me le dire. Je dirais «branché à la cool ». Je change parfois. Je veux toujours me sentir bien, et là je me sens plutôt bien dans mes pompes. Peu de marques arrivent au compromis mode/cool idéal. La collection Urbanizer propose un équilibre vraiment intéressant.

En déplacement, tu fais attention à ce que tu portes ?
Toujours. Tu ne sais jamais à côté de qui tu vas voyager (rires).

Quand tu bouges, quels sont tes applis préférées ?
J’ai quelques applis de retouche d’images. En ce moment, je m’éclate en noir et blanc avec Blackie. J’ai aussi pas mal d’applis pour communiquer avec mes proches (c’est la quête perpétuelle du wifi dans les hôtels, restaurants et aéroports). Des sites d’information, aussi. Ce sont les premiers que je consulte quand je débarque quelque part.

UN PHOTOGRAPHE EN MOUVEMENT

Pour te déplacer en ville tu es plutôt V’Lille ou Uber ?
J’essaie toujours de faire un max de trajets à pied. Ca ne fait pas de mal à mes petits mollets. Et puis, à pied tu restes actif, tu gardes les yeux ouverts sur ton environnement, sur les gens, sur la rue, sur l’architecture, tu respires les ambiances, tu t’en inspires. Bon, pour être honnête, comme je suis souvent à la bourre, je cours plus que je ne marche. (rires)

Quand tu pars en voyage, tu prends quoi… absolument ?
1/ Un petit pot de confiture de framboises (naaaan, n’écris pas ça, s’il te plaît…)
2/ Mon passeport
3/ Ma carte bancaire
4/ Un routard (pratique pour les infos de base à l'étranger)
5/ De la crème solaire, une brosse à dents et mes Thierry Lasry
6/ Un bon bouquin
7/ Un appareil photo. Et bien-sûr mon smartphone...

Photographe en mode portrait… chinois

Si tu étais un appareil photo ?
Un Fuji X100S.

Une destination ?
Hong-Kong. Cette ville me fascine, mélange d’ultra-modernité hyper bien pensée et de traditions ancestrales.

Un album culte ?
Le live des Red Hot au Slane Castle. Ou dans un style très différent,
le concert à Cologne de Keith Jarrett.

Une valise idéale ?
Un sac à dos zippé, technique et confortable. Idéal pour voyager en cabine et éviter le bagage en soute. Mon dernier, c’est le sac Urbanizer de Jules.

Une pièce mode ?
Le sweat bleu Urbanizer pour la journée. J’adore cette pièce! Et pour le soir, le costume de Bradley Cooper dans Very Bad Trip.

Un livre ?
Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand. Dignité, liberté et panache.

Un fooding ?
Là, j’hésite : Gnoochi à la truffe d’Alexandre Gauthier ou Burger de chez Shake Shack NYC. Le grand écart quoi.

Un moyen de transport ?
Mes pieds. Le vélo. L’avion. Tous (sauf les chevaux, qui m’ont fait manger la poussière plusieurs fois quand j’étais gamin). Une diligence, des indiens, je veux bien. Mais pas de bourrin!! (rires).

Un objet connecté ?
Le cerveau. Le coeur. Les deux.

Propos recueillis par Christophe Delbe
(photos : Eric Delobel, Romain Rosa, Alejandro Guerrero)
Retrouvez l’univers de Julien sur Instagram
@julienscussel

JULIEN SCUSSEL
JULIEN SCUSSEL